LE PETIT CANON | La Petite Brève (An 2018, N°1)
851
post-template-default,single,single-post,postid-851,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

La Petite Brève (An 2018, N°1)

La Petite Brève (An 2018, N°1)

Bonjour les amateurs et amatrices de bonnes bouteilles,

Avant toute chose, Le Petit Canon vous souhaite ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

J’espère que vous avez passé d’excellentes fêtes de fin d’année.

Cette fin d’année 2017 fut intense pour le Petit Canon mais je me dois de vous relater ma dernière virée en France, survenue le premier week-end de décembre.

3 jours de prospection, 3 jours de plaisir. 3 vignerons d’exception.

Ce fut un séjour intense, extraordinaire.

Dès le premier jour, le ton était donné. Un soleil radieux m’a accompagné tout mon trajet vers Cornas… oui, je suis descendu en Côte du Rhône. Une fois arrivé, une température estivale m’attendait… 16 degrés ! Et dire que dans mon Ardenne quelques flocons de neige tombaient début décembre.

Souvent, vous me demandez comment je choisis les domaines visités. Souvent, je vous réponds que ces choix sont le fruit d’études, de lecture de blogs, de bouquinage, de discussions, de dégustations. Mais parfois, c’est le hasard, l’émotion d’un verre de vin. Et pour le premier domaine visité, ce fût le cas.

En juin dernier, attablé à l’Auberge du Monet (La Roche de Gluns), le patron, caviste passionné, m’avait servi un Côte du Rhône époustouflant :  Le Petit Ours de Mathieu Barret. La modernité de l’étiquette attire de suite le regard, et la qualité du bouchon interpelle. Ensuite, je fus émerveillé par son nez et ravi une fois la première lampée dans le gosier. Une gourmandise. Un délice. Je devais les rencontrer.

Rendez-vous fut donc pris avec le domaine du Coulet.

Mathieu, pris toute la journée par la certification Bio, c’est son épouse, Cécile, qui s’est chargée de me faire découvrir les vins.

De suite mis à l’aise, installés dans un charmant salon rétro à souhait, la dégustation a débuté avec 3 vins de la SARL de Mathieu (le raisin ne lui appartient pas, les vinifications et élevages sont réalisées par Mathieu directement chez le vigneron), tous certifiés Bio.

Et d’entrée, j’ai retrouvé le Petit Ours, millésime 2016. 100% Syrah. Toujours un bijou, une gourmandise, Matière et fruits toujours au rendez-vous.

Le Visan suivit. On descend un peu le Rhône. 60% mourvèdre, 30% Carignan et Grenache. Un fruit plus concentré, on dirait même un peu confit. Une belle puissance, waouw! Je découvre cette appellation village de Côte du Rhône d’une belle façon, me semble-t-il.

Le Crozes Hermitage arrive. Un peu effacé par la puissance du précédent. On joue plus sur la finesse des arômes. Le fruit est délicat.

La dégustation se poursuit alors avec 2 vins du domaine du Coulet (les raisins de Mathieu, Vinification et élevage au domaine), tous certifiés en Bio et en Biodynamie.

On débute avec le No Man’s land, le Côte du Rhône du domaine. Des raisins situés sur une petite bande de terre entre les appellations Cornas et Saint Joseph.

C’est… un autre monde. Un vin superbement équilibré entre la fraîcheur, le fruit et la matière. On monte en gamme indéniablement.

Et la dégustation se termine avec le Cornas les billes noires, millésime 2013. (élevé une année en fût, et une année en cuve ovoïde). On franchit encore quelques paliers. Les tanins sont fondus, le fruit concentré, la fraîcheur appelle à la seconde gorgée… c’est un diamant. Hors de question de cracher !

D’autres pépites existent dans ce domaine… mais les quantités et les demandes sont telles qu’il n’y en a plus pour le moment.

Ils acceptent le Petit Canon… ouf…Inévitablement, la première commande début 2018 est prête.

 

Durant ce court périple, J’ai également découvert les vins du domaine des 7 Vents. C’est un jeune domaine, certifié BIO également, qui crée des Crozes Hermitage, pour toutes les occasions.

A nouveau , c’est le hasard et une émotion suscitée par un verre de vin qui m’a emmené à la rencontre de ces vigneronnes.

Les amateurs de Blanc, seront ravis avec 2 vins.

– Les Pitchounettes 2016, 100% Roussanne. De jeunes vignes de 10 ans. Des saveurs légères, florales, c’est délicat, la bouche savoureuse. On se précipite sur la seconde gorgée avec gourmandise. C’est ce vin là qui m’a fait découvrir le domaine.

– La rage 2016, 100% Marsanne. Les vignes ont 40 ans. C’est tendu. Les arômes d’abricot emplissent le nez, les fruits secs apparaissent en bouche. C’est gras. Puissant. Une belle découverte.

2 Crozes Hermitage blancs totalement différents, à boire à des moments différents. 2 beaux vins, typés à volonté. C’est un régal de découvrir la vivacité de la Marsanne sur la Rage, et la gourmandise de la Roussanne sur Les Pitchounettes.

Bien entendu, nous avons prolongé la dégustation sur leurs Crozes Hermitage rouges.

  • Les Pitchounettes 2016, 100% Syrah égrappé. De beaux fruits rouges, légèrement confiturés. Une belle fraîcheur. Un plaisir de chaque instant, une friandise.
  • Les 4 Vents 2016, 100% Syrah. Une part des raisins est non égrappée. il me paraît déjà bien équilibré. Délicieux. Suave, délicat en bouche, les tanins sont présents mais très fins.  Le fruit est doux, superbe. J’adore.
  •  Arrive le Saint Jaimes. Toujours 100% Syrah, une sélection parcellaire. un vin superbement structuré, avec des tanins parfaitement maîtrisés. Le fruit légèrement surmûri est délicat, et des arômes de réglisse enchantent le palais.

La dégustation s’est alors prolongée dans la cave, à la découverte des millésimes en préparation.

Un très beau domaine.

 

J’ai alors profité de mon court séjour pour aller saluer David large, dans le Beaujolais. Nous avons discuté de ces nouvelles vignes, de ces nouvelles cuves pyramidales, où le futur Dos Argenté s’épanouit. Quelle expérience de le déguster!

Nous avons également découvert, à la cuve, son nouveau côte de Brouilly. Je suis surpris de constater une telle différence de goût entre une cuve classique et une cuve ovoïde.

David demeure un artiste, et il est toujours plaisant de l’écouter parler de sa passion du vin, et du beaujolais en particulier. Nous avons beaucoup discuté. A nouveau, j’ai appris énormément sur le travail, sur l’élevage d’un vin, sur les doutes d’un vigneron et la passion qui nourrit ce talentueux vigneron. Les surprises se sont enchaînées, et ce fut une succession de délices. Les prochaines cuvées promettent beaucoup d’amusement pour nos sens.

Ah oui, pour rappel, il est certifié Bio et il est en pleine reconversion Biodynamie.

Il n’a plus de stock, à part quelques bouteilles de Dos Argenté. Patience, patience…

Serions-nous prêt pour une dégustation beaujolais/Rap ? Il suffit d’avoir l’esprit ouvert et d’essayer.

Vivement le retour du printemps.

…Vivement les prochaines quilles !

Au plaisir,