LE PETIT CANON | La Petite Brève (An 2017, N°2)
767
post-template-default,single,single-post,postid-767,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

La Petite Brève (An 2017, N°2)

La Petite Brève (An 2017, N°2)

Bonjour les dégustateurs,

Ce début d’année est chargé pour le Petit Canon. Après quelques jours passés en Loire, nous voici repartis vers le Beaujolais et la Bourgogne.

Comme souvent, nous vous raconterons quelques visites, quelques anecdotes sur les vignerons rencontrés… si je devais tout coucher sur papier, ce document devrait s’appeler ‘Le Grand Carnet’ 😊

Je m’attarde rarement sur les nouveaux domaines que nous visitons, mais je tenais à faire une exception pour le domaine Royet, à Couches, tant le moment fut grand, dans tous les sens du terme.

Notre séjour a donc commencé avec un rendez-vous à ce domaine.

Nous nous y rendions principalement pour découvrir les vins du Couchois (appellation reconnue depuis 2000) et les crémants de ce domaine (dégustés précédemment, au cours du week-end de la Saint-Vincent).

Nous nous sommes retrouvés dans un domaine où le rapport qualité/prix est excellent. Son crémant brut ne présente pas d’acidité, il dévoile de fines bulles pour donner un vin tout en légèreté.

L’extra brut apporte plus de complexité, plus de corps, plus de matière en bouche… très appréciable, un magnifique vin effervescent.

Monsieur Royet désire faire connaître son appellation et travaille le fût sur 2 cuvées : l’ ‘Authentique’ en blanc, et l’ ‘Expression’ en rouge.

Le fût marque le nez du blanc, un Chardonnay très agréable en bouche, un vin gourmand et tendu, une belle fraîcheur en final, et quelle persistance sur la fin…

Le rouge, fruité, apporte une belle matière en bouche. Les tanins des millésimes 2014 et 2015 sont présents mais pas du tout gênants.

Monsieur Royet, extrêmement généreux, s’est particulièrement bien occupé de nous. Les discussions étaient parfois animées et franches mais toujours très cordiales. De nombreux aprioris sur le vin ont été remis en cause.

De la richesse de ce type de rencontre découle le plaisir de la découverte.

Ce fut ‘difficile’ de nous rendre au prochain rendez-vous (il a fallu un peu de temps avant de disposer du crachoir, et les verres étaient tous bien remplis 😊)

Allez-y sans hésiter ! Et la région est magnifique.

 

Nous sommes également retournés au domaine Jean-François Diconne, chercher son Bourgogne Blanc. Ce domaine familial est l’un des premiers à avoir accepter de travailler avec nous. C’est toujours un plaisir de leur rendre visite. A chacune de nos venues, monsieur Diconne nous accueille et ses 2 fils reviennent de la vigne nous saluer. Nous avons beaucoup de valeurs communes avec cette famille, ce qui explique cette entente cordiale.

Le bourgogne Blanc 2015 est magnifique. Un nez très fleuri, riche. Ils sont parvenus à conserver une belle fraîcheur en bouche sur ce millésime très solaire… la bouteille se termine très facilement 😉

Il propose également un Chassagne Montrachet 2014 à un prix très raisonnable. Superbe vin blanc, le passage en fût lui confère une rondeur et une complexité supplémentaire. Il est extraordinaire.

Vu la faible production de ce bijou, il est difficile d’en ramener de grande quantité. Si vous êtes malgré tout intéressés par goûter ce grand de vin, revenez-moi.

 

Nous avons également profité du séjour pour nous rendre Chez David Large, vigneron du Beaujolais.

J’ai déjà présenté ce vigneron atypique dans une précédente petite brève. Cette fois-ci, nous y allions pour chercher notre première commande et goûter sa nouvelle cuvée 2016 : le Toxic Gamay’nger… oui, oui.

Après le Suprême Côte de Brouillard (hommage à l’album Suprême NTM pour les initiés), voici son hommage au film/série B Toxic Avenger.

Monsieur Large nous a à nouveau gratifié d’une bouteille délicieuse pour le palais et superbe au regard.

Ce nouveau Gamay a été élaboré le plus simplement possible. Des grappes de raisins qui tombent dans une cuve (similitude avec le film ?) et un contrôle de température : c’est tout ! C’est brut de décoffrage. Si vous voulez savoir ce qu’un gamay peut exprimer, sans rien ajouter, sans passage en fût, c’est ça qu’il vous faut.

Le résultat est surprenant : fruité (fraise et framboise bien mûres), une surprenante matière en bouche, qui se termine par une touche épicée (poivre noir), et une belle fraîcheur.

Djoss, j’aime vraiment.

On a également repris quelques lampées de Dos Argenté : des vignes de Chardonnay, élevé sur un terrain rocheux, qui nous donne un vin fruité, tendu et une très belle salinité en fin de bouche. L’expression d’un terroir spécifique dans le Beaujolais. J’aime particulièrement ce vin atypique.

David est un artiste vigneron. Je l’ai déjà dit.

Amoureux de sa région du Beaujolais, il veut la défendre et montrer qu’on peut y trouver des vins somptueux, complexes, différents, variés…

Avec le ‘Suprême Côtes de Brouillard’, le ‘Toxic’, le ‘Dos Argenté’, Monsieur Large dénote dans le Beaujolais et attise la curiosité.

Ses cuvées Nelson, son Nazareth sont des friandises pour le palais, des bouteilles ‘plaisir’, des bouteilles de toutes les occasions… Riches, gourmands, on ne s’en lasse jamais.

Des projets pour sa région, il en a ! des nouveaux vins, il va en créer !… nous serons là pour découvrir tout cela.

Nous avons profité de notre séjour pour récupérer des nouveaux vins du domaine Jean-Pierre Maldant. Et nous y avons appris que le millésime 2015 du Savigny-lès-Beaune 1er cru ‘Les Peuillets’ serait le dernier avant quelques années : les vignes ont été arrachées.

Nous y avons repris : du Ladoix Blanc 2015 (un coup de cœur personnel), du Ladoix rouge ‘les Chaillots’ 2015 (d’une richesse), d’un gourmand Aloxe Corton 2015, des Savigny-lès-Beaune 1er cru ‘Les Peuillets’, … des bouteilles à découvrir rapidement.

En règle générale, en Bourgogne, vous pourrez déguster le millésime 2015 en attendant le millésime 2014.

Les vins 2015 (année solaire) très riches, concentrés, présentent déjà un bel équilibre sur leur jeunesse, qu’il peut être intéressant de les ouvrir rapidement.

2014 (année bourguinonne) a donné naissance à des vins un peu plus acides, un peu plus tendus, que quelques années de cave vous apporteront beaucoup plus de plaisir à la dégustation.

 

Nous avons eu la chance de découvrir d’autres domaines durant ce séjour, beaucoup de vins ont été dégustés, de belles rencontres en perspective.

Vivement les prochaines quilles !

Au plaisir,